crezan
F190
Présentation
Présentation
Présentation
Présentation

F.190 n° 37, n/c 7161

F-AJLU, F-AKEx, F-AQCP, F-BAOP


¤ 1929


                Le F.190 n°37 n'est pas un F.190 de la version standard, mais a servi de base à la production d'une version dérivée. Compte tenu de la chronologie, il s'agirait du F.192 n° 4 utilisé par Lena Bernstein pour son record de durée du 1° mai 1930.


                L'appareil est initialement enregistré au nom de Mademoiselle Claire Camus, actrice sans rapport connu avec l'aviation, ce qui depuis longtemps nous intrigue. Un article du journal L'Auto nous a finalement donné l'explication de cette mention.

                En mars 1929, le Potez VIIIA n°5 F-AFGF, produit en août 1923, avait déjà une longue carrière derrière lui. René Couzinet l'avait acquis en 1928 et le revend en ce début 1929. Il est alors enregistré sous l'immatriculation F-AJGF au nom de  Mademoiselle Claire Camus, attribution qui incita les journalistes de L'Auto à interviewer l'intéressée.


L'aventure d'une propriétaire d'avion qui n'a jamais volé à bord de son appareil


                Il existe un registre où figurent les noms de tous les propriétaires d'avions, ces propriétaires sont évidemment tous plus ou moins connus.

                En parcourant cette liste, un nom nous arrêta un moment, celui de Mlle Claire Camus, qui a un avion immatriculé sur la feuille du mois de mars. Or, Mlle Claire Camus est complètement inconnue dans les milieux aéronautiques. Que pouvait elle bien faire de cet avion ? Allions nous trouver une jeune exaltée de l'aviation de tourisme qui n'aime pas faire parler d'elle ?


                Nous sommes allés voir Mlle Claire Camus, qui habite un quartier sportif, puisque sa maison est en face du Vélodrome d'Hiver, et nous lui avons demandé des nouvelles de son avion, les raisons de son achat et ce qu'elle en faisait.

                Mlle Camus nous reçoit avec un rat noir et blanc dans ses bras, elle nous fait entrer dans un studio où, sur un divan, s'ébattent des souris blanches.

                Nous nous asseyons à côté de ses petites bêtes, qui n'ont ma foi pas l'air de se soucier de notre arrivée dans leur domaine, et nous écoutons les réponses de Mlle Camus :

                "Mon avion est brisé"

                Nous nous apitoyons aussitôt sur cet accident, en demandant les causes, nous inquiétant du sort des passagers, et nous félicitons la propriétaire de s'en être tirée indemne.

                Mais Mlle Camus nous apprenait qu'elle n'était jamais montée à bord de son appareil.

                Elle prêtait son avion à l'une de ses amies, aviatrice connue, Mlle Lily Bernstein.

                Mlle Bernstein, après avoir participé à quelques meetings avec l'avion de Mlle Camus, eut un accident dû à une fuite d'essence, et l'appareil s'écrasa sur le sol, près de Brive.

                D'ailleurs, ajoute Mlle Camus, je n'ai pas mon brevet de pilote, et l'aviation de tourisme ne m'a jamais emballée."


L'Auto, 24 août 1929         

  


                En avril 1929, Lena Bernstein avait en fait entrepris de réaliser avec le Potez VIII un voyage par petites étapes Paris - Casablanca pour participer à un meeting. Le 28 avril, après avoir fait le plein à Saint-Churier, près de Brive, elle accroche au décollage des fils télégraphiques et l'avion s'abat sur la voie ferrée Paris-Brive. L'aviatrice est indemne, mais l'appareil est irrémédiablement endommagé et sera enregistré comme détruit en juin 1929.


                C'est Claire Camus qui fait également l'acquisition du F.192 F-AJLU pour le mettre à la disposition de Lena Bernstein en vue du record de durée féminin, alors détenu par Maryse Bastié avec 27 heures de vol. Le succès de Lena Bernstein lui permettra alors de le racheter  en vue de réaliser son projet de raid Paris-Tokyo.


                La mise en production du F.192 n°4 aurait débuté fin 1929. Son numéro constructeur pourrait être 7161. Au début de 1930, l'appareil est équipé pour le record. Pour un poids total de 2600 kg, le Farman est cité comme pouvant emporter 2100 litres d'essence et 130 litres d'huile. Les réservoirs d'ailes contiennent 560 litres et 1400 litres d'essence sont contenus dans 3 grand réservoirs installés dans la partie arrière de la cabine dont les 3 derniers hublots ont été obturés. Ainsi équipé, il ne répond initialement pas aux spécifications du type, et ne peut voler qu'à Toussus.

F190 n°36

F190 n°38

Tous droits réservés - Michel Barrière - crezan.aviation@gmail.com